Livre: de l’écrit à l’écran…


Le 29 février 2008, COMEM+ organisait le séminaire « Le papier numérique a-t-il un avenir? » sur le sujet du papier et du livre électronique.

La récente émission Tard pour bar « Livre: de l’écrit à l’écran… » de la TSR confirme l’arrivée de ce nouveau média dans le grand public.

Le débat assez animé entre des acteurs du marché Pascal Vandenberghe (directeur de Payot) et Patrice Fehlmann (directeur de l’Office du Livre de Fribourg), Michel Audétat (journaliste à L’Hebdo) et Claire Clivaz (professeur à l’universitée de Lausanne)  vaut le détour et donne une idée du chemin qu’il reste à parcourir pour que le livre électronique soit aussi facile d’accès que le livre papier.

Depuis plus de vingt ans, j’entends parler de la mort du papier, de la fin de l’imprimé, du tout numérique… Force est de constater qu’aucune de ces prédictions ne s’est pour l’heure réalisée, et je reste persuadé que le papier sera encore longtemps un média de choix pour de nombreuses applications même si je suis heureux de me balader avec une e-reader rempli de livres électronique: pas besoin de choisir quel livre je prends avec moi, je les prends tous 🙂

Le chemin qui mène de l’auteur au lecteur est en mutation. Les résistances sont tenaces, les enjeux importants, les acteurs traditionnels (auteurs – imprimeurs – diffuseurs – libraires) inquiets mais la mutation est inévitable. Il est actuellement possible pour un auteur de proposer ses textes directement au lecteur. Les intermédiaires ne sont plus nécessaires? Ce pourrait être une bonne nouvelle et cela fait peur aux professionnels. Certains acteurs pourraient disparaître, d’autres verraient leurs rôles fortement modifié, de nouveaux apparaîtraient. Rien que de plus normal dans l’évolution des sociétés.

Comment voyez-vous le livre dans le futur? Faut-il avoir peur de ces nouvelles technologies? La recherche de réponses fait avancer les choses, non?

1 comment

  1. 1
    DRO

    Le chemin est en mutation, c’est net!

    Pour mieux vous en convaincre, vous pouvez commander en ligne le roman de l’un de nos éminents collègues (version électronique et/ou papier):

    http://www.manuscrit.com/Book.aspx?id=3868

    Ce sera tellement plus simple que de le trouver en librairie! Promis, c’est du vécu ;-).

    Et Google qui va toujours plus loin que les autres, nous en propose une version tout ce qu’il y a de plus synthétique (façon « tags cloud »), ainsi que de larges extraits gratoches:

    http://books.google.com/books?isbn=2748134516

    Un nouvel intermédiaire pour une nouvelle race de lecteurs? Génération zapping? Pas le temps de tout lire? Une envie d’achat compulsif à assouvir (cf. « Livres sur des sujets connexes »)?

    C’est aussi cela le progrès 😉

    Si vous essayez d’acheter ce livre en utilisant les liens proposés par Google, il y a un petit truc indispensable à comprendre: pour l’instant, hormis chez l’éditeur, il n’est pas disponible en version électronique.

    Du coup, après avoir vainement cliqué le lien Amazon France (Votre recherche « 2748134516 » ne correspond à aucun article), il vous suffirait, pour que le miracle s’accomplisse, de remplacer les deux derniers chiffres de la référence ISBN dans l’URL (16) par ceux qui correspondent à la version papier (08).

    Le miracle? Le voici: ce soir Amazon a trois exemplaires en stock (2 neufs, 1 d’occasion) à nous proposer. Chacun est au prix imbattable de 20.80 € (qu’il soit neuf ou d’occasion, allez comprendre).

    Chez l’éditeur, c’est du neuf, c’est sûr, mais c’est 1.10 € plus cher qu’Amazon!

    Enfin, pour les petits budgets, et pour éviter la question des frais de port, la version e-book reste au tiers du prix papier. Intéressant non?

    Oui c’est beau le progrès, mais pas si simple…

+ Laisser un commentaire