Interview d’une alumni: Noémie Sandoz

Interview d’une alumni: Noémie Sandoz


Après un apprentissage à l’ERACOM et un bachelor en ingénierie des médias, elle s’est lancée dans un métier du domaine de la communication visuelle encore peu connu du grand public: UX Designer

Même si on entend de plus en plus parler de l’UX design, le terme peut paraître encore barbare. Comment définiriez-vous ce mot pour le grand public?

L’UX (User eXperience) ou expérience utilisateur se focalise sur l’humain, la personne qui va interagir avec un service ou un produit.

Plus précisément, une expérience réussie se définit par la satisfaction de la personne lors de la navigation sur un site ou l’utilisation d’une application. Nous pouvons parler aussi de son degré de frustration. C’est un domaine très large, tous les métiers d’une agence web doivent y faire face.

Et puis quelle est la différence entre l’UI et l’UX ?

D’après moi, l’UX (User eXperience) définit l’expérience globale que va vivre une personne en interagissant avec un site, une application tandis que l’UI (User Interface) se concentre sur l’aspect visuel de l’interface.

Qu’est-ce que le métier d’UX designer ? Quelles sont les attentes des clients qui font appel à vous ?

Dans un projet, je m’occupe plus particulièrement de la recherche utilisateurs (qui va utiliser le site ou l’application que nous devons développer, de quelle manière, dans quel environnement, quelles sont les attentes, quelle est l’expérience). Puis, de l’architecture de l’information. Il s’agit de définir le contenu et sa hiérarchisation. Cela peut se faire avec des crayons et des post-it pour définir simplement des blocs ou sous forme de wireframes, avec déjà du contenu plus réel. Le challenge est bien évidemment de penser pour tous les types de supports (de la montre au casque d’astronaute).

Vous êtes-t-il déjà arrivé d’avoir des résultats surprenants lors d’un test d’utilisateur ?

Nous réalisons régulièrement des sessions de tests, car il est toujours plus juste de confronter nos prototypes ou nos projets à de potentiels utilisateurs, plutôt qu’à nos avis de designers ou de développeurs. Quelques personnes suffisent à ressortir les principaux problèmes et améliorations potentielles.

Nous avons très souvent des résultats surprenants, comme par exemple, les personnes qui tapent carrément une question entière à la place d’un mot clé dans un champ de recherche.

Quelle est votre vision du UX design dans 5, voire 10 ans ?

Comme les habitudes des gens vont continuer à évoluer et les supports à se développer, il sera toujours important de veiller à la bonne compréhension et à la facilité d’utilisation de tout ce que nous développons. Rien qu’en 2017, l’accessibilité est l’un des points sur lesquels se concentrer, ce serait bien que cela fasse partie des requis pour tous les projets.

Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir la formation d’ingénieurs des médias ?
Pour moi, cette formation est la suite logique à celle de conceptrice en multimédia que j’ai effectuée. Elle permet de connaître globalement tous les métiers du web et d’avoir une vision d’ensemble de toute la chaîne. Elle est utile dans le métier que j’exerce actuellement, car grâce à ces connaissances, il est plus facile de communiquer avec chaque personne pour pouvoir veiller à ce que chacun rende l’expérience agréable pour l’utilisateur.

Quelles sont les qualités requises pour votre job ou quel est le profil type ?
Il est important d’être curieux sur les compétences métiers, de s’intéresser à tous les profils, de vouloir connaître le maximum d’éléments sur les personnes autour de soi et pour lesquelles nous allons réaliser un projet. Il est également impératif d’avoir de l’empathie et de pouvoir se mettre à la place des autres. Un esprit d’analyse est aussi très utile.

Quel est votre meilleur souvenir de la HEIG-VD ?

L’une des meilleures expériences est sans aucun doute notre voyage d’études à Stuttgart. Découvrir une autre manière de travailler ainsi que les différents moyens d’impression a été très intéressant. Sans parler des bons moments passés avec toute la classe.

Un conseil à donner aux futurs diplômés ou aux étudiants actuels ?

Quel que soit le domaine qui vous intéresse, je conseille très fortement de faire des stages pour acquérir de l’expérience, se faire des contacts et confronter la théorie à la pratique. S’intéresser et se spécialiser est important, car la formation peut être très généraliste sur certains points.

Quel est votre super-pouvoir ?

Ce serait très pratique de pouvoir lire dans les pensées des gens pour mieux cerner leurs besoins et leurs envies 😉

Lien

Noémie Sandoz, diplômée en 2014

+ Aucun commentaire