MONDES imPARFAITS

Ce samedi 16 novembre 2019, la Maison d’Ailleurs inaugure une nouvelle et somptueuse exposition.

Son émérite Directeur, Marc Atallah, nous a, encore une fois, ouvert les portes de son musée, et c’est avec grand plaisir que l’institut d’ingénierie des médias (MEI) vous propose de découvrir sa série de « plotagraphes ».

Le professeur Laurent Bolli qui a coordonné l’opération nous livre son compte rendu:

« Il s’agissait pour nous de saisir une triple opportunité:

D’une part, il est quand même assez rare de travailler en direct avec un auteur de l’envergure de François Schuiten, sur une œuvre aussi emblématique que les Cités obscures.

C’est aussi une occasion unique de travailler sur un support encore bien résistant au numérique: la bande dessinée.  C’est là une deuxième opportunité.

Pour une fois, travailler, concevoir une expérience numérique avec un mode de consommation au temps “long”, qui semble s’adapter à un mode d’expression, la bande dessinée, qui n’a pas encore tout à fait trouvé son paradigme digital. Est-ce à cause de sa complexité visuelle – le découpage si précis du récit en cases, puis en planches, puis en album? Est-ce par le lien encore très fort avec le support imprimé, avec l’encre qui met en lumière le récit et qui s’aplatit soudainement sur un support écran? Est-ce parce que justement, nous n’avons pas de support privilégié pour cet art? Quoiqu’il en soit, l’idée d’imaginer un mode de visualisation nouveau, un mode qui permet ce temps long, qui permet l’appréciation non seulement du récit mais de l’image en tant que telle, comme à la lecture d’un album, a été un défi particulièrement motivant.

L’utilisation de cadres numériques, dans lesquels certaines planches des Cités obscures s’animent imperceptiblement – l’inverse d’un cinémagraphe dans lequel il s’agit d’arrêter le temps, on parle alors de plotagraphe – nous a paru une approche possible, pertinente, permettant une mise en valeur numérique intéressante, une piste à suivre en tout cas.

Finalement, c’est aussi l’opportunité pour le MEI de renforcer ses liens avec la Maison d’Ailleurs, un lieu d’exposition mais aussi de création, d’exploration, qui nous aide à réfléchir au futur, à réfléchir les futurs, par la science, par la fiction – voir l’émergence du design spéculatif par exemple – et par une approche pratique, ouverte et collaborative. »

Réalisation des plotagraphes: Sandrine Divorne.

+ Il n'y a pas de commentaire

Ajouter